PROBLEMATIQUES POIDS-LOURDS

Entre mars 2021 et mars 2022, le nombre de morts chez les conducteurs poids lourds a augmenté de 53 % (comparé à 2019).  Au-delà du risque que représente leur métier, les conducteurs poids-lourds font face à de nombreuses problématiques : règles de sécurité à connaître et à respecter, cohabitation routière ou connaissance du gabarit de leur véhicule. Voici 4 points importants que les conducteurs poids-lourds doivent appréhender, accompagnés de nos conseils.

Les 3 points d’appui

Nombre d’accidents sont dus au non-respect de la règle des 3 points d’appui. Cette règle évite les blessures genoux, dos et le risque de chute. Pour monter et descendre de la cabine, il faut se placer face à la cabine et utiliser les 3 points d’appui, sans tenir d’élément mobile (comme porte ou volant) : 1 pied et 2 mains ou 1 main et 2 pieds. Ne jamais descendre en sautant ni descendre de face. Le marchepied doit rester propre pour éviter le risque de glissade. Le conducteur doit être équipé de chaussures de sécurité avec semelles anti-dérapantes.

Les angles morts

L’angle mort est un espace situé autour du véhicule et qui n’est pas visible depuis le poste de conduite (à l’avant, à l’arrière et sur les côtés). Pour éviter l’accident, le pare-brise, les rétroviseurs et l’antéviseur doivent être propres et dégagés. Avant de débuter une manœuvre, il est conseillé de faire le tour du véhicule afin d’observer l’environnement et les éventuels obstacles. Sur la route, il faut conserver un regard lointain, large et balayant.

Porte à faux

Chaque conducteur doit connaître les caractéristiques de son véhicule et notamment le porte à faux avant et arrière. Lors d’une modification de trajectoire, je casse mon ensemble pour tourner. Il faut donc anticiper le positionnement du véhicule dans ce type de manœuvre.

AFIL

AFIL = Alerte de Franchissement Involontaire de File. Cette assistance au maintien de la trajectoire est obligatoire sur les poids-lourds neufs depuis 2015 et sur tous les PL depuis 2018. Ce n’est donc pas une option. La mise en place de cette assistante est dû à l’augmentation des accidents de la route suite à des états de somnolence. L’AFIL doit toujours être en service. En cas de dépassement, il suffit de mettre son clignotant pour la désactiver temporairement. L’ordinateur de bord enregistre systématiquement toute coupure du système. Il y a donc une traçabilité totale sur cette assistance. Il faut aussi savoir qu’en cas d’accident de la route avec un ou des blessés, la responsabilité sera recherchée vers le conducteur si l’AFIL avait été désactivée.

Vous avez aimé cet article ?

Partagez-le sur Facebook
Partagez-le sur Twitter
Partagez-le sur Linkdin
Partagez-le sur Pinterest

Vous aimerez peut être aussi :

Laisser un commentaire