Conduite de nuit en hiver

En hiver, il fait nuit plus tôt et les conditions météorologiques sont moins clémentes que le reste de l’année. La conduite de nuit demande plus d’attention car la perception visuelle est fortement diminuée. Ajoutez à cela le verglas, la neige, le brouillard et vous multipliez le risque d’accident.  La gravité des accidents par temps de brouillard ou par temps de neige/grêle est deux fois plus élevée que celle par temps sec ou par temps de pluie. Sachez que la majorité de ces accidents peuvent être évités. Voici quelques conseils pour diminuer le risque routier en cette saison particulière :

ANTICIPEZ !

Protégez votre pare-brise. Vous éviterez une perte de temps au démarrage de votre véhicule. Nettoyez régulièrement vos vitres, pare-brise, phares et feux arrière. Mieux vous verrez, mieux vous serez vus, plus vous éviterez l’accident. Vérifiez aussi régulièrement l’état de vos essuie-glaces.

Respectez les distances de sécurité. Vous éviterez ainsi une collision liée au freinage brusque du véhicule qui vous précède. Faites le scénario de toutes les circonstances qui peuvent survenir dans les 5 prochaines secondes, retenez les négatives et adaptez votre conduite en tenant compte de ces hypothèses. Exemple : Route enneigée, la voiture qui arrive au stop ne pourra pas s’arrêter, elle n’a pas d’adhérence.

Consultez les bulletins météo. Vous pourrez ainsi anticiper et prévoir un allongement de votre trajet en cas de perturbation météorologique.

Utilisez des pneus adaptés. Depuis le 1er novembre 2021, les chaines ou pneus neige sont obligatoires dans les zones montagneuses.

En cas de passage d’engins de salage ou de chasse-neige, il est interdit de les dépasser. Laissez-leur la priorité et restez plutôt derrière, tout en respectant les intervalles de sécurité.

En cas de verglas, roulez lentement, conduisez en sous-régime pour limiter la motricité, et donc, patiner. Utilisez le frein moteur pour ralentir et/ou vous arrêtez. Attention, contrairement à la neige, le verglas ne se voit pas.

En cas de brouillard, utilisez les feux de brouillard avant et arrière en plus de vos feux de croisement. N’utilisez pas vos feux de route, vous diminuerez votre visibilité en provoquant un mur blanc. Réduisez là aussi votre vitesse. Pour rappel, lorsque la visibilité est limitée à moins de 50 mètres, votre vitesse ne doit pas dépasser les 50 km/h. Rappel : vous devez pouvoir vous arrêtez là où vous vous situez.

Vous pouvez utiliser vos feux de brouillard en cas de forte chute de neige mais pas sous la pluie.

Conduite sous la neige en hiver

Vous avez aimé cet article ?

Partagez-le sur Facebook
Partagez-le sur Twitter
Partagez-le sur Linkdin
Partagez-le sur Pinterest

Vous aimerez peut être aussi :

Laisser un commentaire